Les années du jardin d'enfants

Voici quelques points phare du projet pédagogique du Jardin d’Enfants, qui fait par ailleurs l’objet d’un document complet.

Le petit enfant

Le petit enfant est un être en construction ; adonné au monde environnant, il s’en imprègne par l’imitation. C’est son activité première qui lui permet de modeler son corps et d’accéder aux facultés purement humaines. Il est de la plus haute importance d’entourer l’enfant de beau, de bon et de vrai.

Le jardin d’enfants

Comme la graine a besoin d’une bonne terre et d’un bon jardinier pour croître et se développer harmonieusement, l’enfant a besoin d’un jardin d’enfants adapté à sa nature et d’une jardinière à l’écoute de ses vrais besoins.

Un jardin d’enfants de la pédagogie Steiner-Waldorf se veut pour cela un espace chaleureux et protégé. Matériaux nobles et ambiance délicatement colorée enveloppent le petit enfant.

L’enfant y évolue en apprenant par la vie et par le jeu. Dans la rencontre avec ses petits compagnons, il y fait ses premières expériences sociales. La jardinière marque le temps par des activités rythmées et les limites lui permettant de trouver ses repères.

Une Pédagogie du corps

Le rythme de la journée, de la semaine, des saisons et des fêtes structure et rassure l’enfant. C’est une source d’autorité naturelle.

La respiration entre jeu libre et moment organisé, entre mouvement et calme permet à l’enfant de trouver son centre.

Chants, rondes et comptines lui permettent de savourer notre langue et de « compter » avec tout son corps.

Peinture et dessin libre, eurythmie, fabrication du pain lui permettent d’entrer dans la matière, dans ses formes, ses couleurs, ses saveurs….

Le goûter partagé lui permet de savourer le calme autant que les goûts des aliments.

Les histoires racontées lui permettent de développer ses capacités imaginatives et apportent des messages de valeurs humaines.


Une pédagogie du jeu

Pour l’enfant, jouer est une nécessité. Il s’y adonne avec le plus grand sérieux :

« Tout ce qu’exige plus tard le sérieux de l’existence et tout le sérieux que comporte le travail, tout cela est en œuvre dans les jeux de l’enfant. Son travail est jeu, son jeu est travail » nous dit Rudolf Steiner.

C’est pourquoi le jeu libre est privilégié.

A l’intérieur du jardin d’enfants, il joue la vie (dînette, poupée, déguisement, cabane…), fait des expériences de physique (équilibre, densité, textures…) au contact de jouets en matière naturelle, ces derniers lui laissant toute sa liberté créatrice et préservant le  sens du beau et du vrai.

A l’extérieur, il se balance, grimpe, jardine, joue au sable, joue dans les flaques d’eau ou profite des rayons du soleil.

Il se lie ainsi aux quatre éléments (l’eau, la terre, l’air et le feu) dont nous sommes constitués, à l’image de l’univers qui nous entoure.

 

Il s’agit de préserver les forces de vie de l’enfant et de les cultiver car elles sont utilisées à cet âge et jusqu’à environ 7 ans, à construire son corps et ses organes ; d’où la nécessité de les laisser disponible et de ne pas les transférer trop tôt vers le pôle de l’intellect ; de ne pas les utiliser trop rapidement dans les apprentissages précoces. 

Contacter le secrétariat

Contacter le coordinateur

Contacter le webmaster