Jeux de Noël

Created By Visited 429 times
Jeux de Noël
eventmap
Date : 2019-12-20
End date : 2019-12-20
Ecole Michaël
Jeux de Noël

En cette année du centième anniversaire des écoles Waldorf, le collège des professeurs, soutenu par des parents enthousiastes et une lumineuse élève des grandes classes, a souhaité renouveler la tradition des jeux de Noël. C’est donc avec joie que nous vous attendons ce vendredi 20 décembre à 20h. La petite troupe sera accompagnée du merveilleux ensemble vocal Koïra qui nous offrira un moment de partage chaleureux après le spectacle. Les jeux seront également donnés aux élèves mercredi 18 décembre à 10h.

Pour mieux comprendre cette tradition et sa signification voici un article tiré du Trait d'union, journal de l’École Michaël, de Novembre-Décembre 2010.

LES JEUX DE NOËL

Comme chaque année, le collège des professeurs s'apprête à offrir aux élèves (à partir de 7 ans), aux parents et aux amis, ce que nous appelons  Les Jeux de Noël.

Ils veulent réveiller le cœur des enfants et des adultes à la vraie signification de Noël, la fête la plus universellement fêtée dans notre monde occidental. Il s'agit d'une crèche vivante, sorte d'image d’Épinal, nous reliant à la mémoire collective de notre civilisation.

Mais tous, que nous portions ou non les valeurs du christianisme, nous pouvons y trouver un message :

Dans le creux le plus sombre de l'hiver, dans le froid et la grisaille qui s'installent, que sommes -nous, en effet, si nous ne développons des valeurs morales; si nous ne développons l'humain en nous?Pendant l'été, nous sommes portés par la clémence de la nature et nous pouvons rester superficiels sans trop d'ombrage. Au fur et à mesure que l'automne avance, nous sentons la gravité s'installer en même temps que la peur du vide et la nécessité de trouver notre nature, si nous ne voulons pas tomber dans la dépression, la maladie ou les addictions en tout genre.

L'addiction aux biens matériels est en tête de liste et notre société de consommation a bien su palier au vide en faisant de Noël une fête de la surconsommation à outrance. Cette surabondance matérielle cache à peine le vague à l' âme que nous pouvons ressentir en nous promenant dans les grands magasins ou dans les rues de nos villes.

La tradition restent la valeur sure ou croyants et agnostiques se retrouvent comme nous pouvons le constater avec la vogue actuelle des marchés de Noël. L'odeur du vin chaud et du pain d' épices, les chants d'antan et les scintillements ravissent nos sens et nos âmes et nous rappellent aux vraies valeurs et aux Noëls de notre enfance...Mais là aussi, le mercantilisme y fait ravage et nous laisse un goût âpre... dans le cœur ! … L'humain se cherche, le vivant aussi et le sens de notre existence sur terre.

Et ce petit enfant fragile dans une crèche, n'est-il pas la plus belle image que l'on puisse trouver pour illustrer l'humain en nous, tellement malmené à notre époque, tellement fragilisé et bafoué? N'est-ce pas une naissance à laquelle nous devons parvenir dans notre être intérieur, pour ne pas succomber sous le poids de la routine dans notre travail et notre famille, pour ne pas succomber aux cadences infernales, aux pressions extérieures, au stress et à l'épuisement ?

Retrouver notre âme d'enfant. ...Cette capacité à vivre dans l'instant présent, à être heureux de vivre, cette potentialité imaginative, créative, cette souplesse intérieure, cette capacité à toujours recommencer, à ne pas être dans le jugement et à pardonner, cette capacité à aimer sans condition.

N'est-ce pas cela le message de Noël?

D'où viennent ces jeux ?

Julius Schröer, professeur à l'université de Vienne au XIXème siècle, maître du jeune Rudolf Steiner,  avait recueilli ces jeux dans un petit village isolé sur une île du Danube,nommé Oberüfer. En ce lieu, la tradition avait pu se perpétrer depuis le moyen-âge. Ces jeux étaient traditionnellement joués par les paysans, et ils en ont gardé leur simplicité touchante et naïve.

C'est donc de toute évidence que Rudolf Steiner proposa ces jeux aux professeurs lorsque la première école Waldorf, à Stuttgart en 1919 fut créée. Depuis, ils sont donnés normalement chaque année dans toutes les écoles Steiner-Waldorf du monde.

Nous avons bien dit "donnés", car il ne s'agit pas d'une pièce de théâtre, comme nous l'entendons à l'heure actuelle, mais d'une succession de tableaux, qui veulent toucher l'âme des enfants comme ils touchaient les foules du moyen-âge. C'est réellement un don, au sens le plus noble du terme, que font les professeurs aux élèves pour leur souhaiter un joyeux Noël.

Que sont -ils?

Les textes, basés sur l'évangile de St Luc, racontent l'Annonciation, le voyage à Bethléem, la Nativité et l'Adoration des bergers. Combien est émouvante cette Marie si douce, si pleine d'humilité et d'acceptation, lorsque l'ange vient lui annoncer l'événement. C'est véritablement le tableau de l'Annonciation, tel que nous le connaissons dans les œuvres picturales, qui nous est alors dévoilé sur scène.

C'est ensuite que les paroles de Marie retentissent dans le silence de la salle :

"Joseph, cher époux, homme juste,

En Bethléem nous faut aller...."

Marie si pauvre est habitée par la confiance, la foi qui donne la force de prendre la route.

Notre cœur se serre lorsque Joseph et Marie sont rejetés, situation archétypique des grandes misères dans lesquelles se débat le monde. La compassion de la plus humble des servantes les guide vers un abri. L'étable est sombre, Joseph est inquiet ; mais l'ange participe à la naissance et tout s'illumine dans un moment de silence recueilli. Tableau que nous connaissons bien, là aussi. Et si nous avons gardé notre âme d'enfant, nous voyons l'enfant dans la crèche. Marie agenouillée se penche vers Lui et le salue:

"Je, pauvre créature, ainsi qu'il est droiture, te salue humblement "

C'est alors que les trois bergers , Guillot, Gallus et Sylvain, vont entrer en scène, avec leur verve,leurs éclats de voix, leur simplicité. 

Moment de détente, attendu par tous chaque année.

"Houschka ! Hé ! Hé ! Je croyais être le dernier, voici que j'entre bon premier.

Bigre, bougre, quelle froidure... "

Gags divers ne cesseront maintenant, jusque dans le songe où l'ange Gabriel leur apparaîtra pour leur annoncer des temps nouveaux. Ils l'entendent par l'oreille du cœur  et décident de tout abandonner, de partir dans la nuit et le froid avec leurs modestes offrandes sans valeur matérielle, mais ô combien précieuses! Ce ne sont pas des cadeaux mais des dons car ils sacrifient quelque chose nécessaire à leur subsistance.

Leur quête se fait dans l'obscurité. Rien ne les guide sinon leurs cœurs dévorés de zèle, ainsi que Joseph l'a perçu quand il leur ouvre la porte.

L'Adoration des Bergers, troisième grand classique de nos œuvres d'art nous est alors montré. L'enfant est couché, si petit, si fragile, si attendrissant. Les trois bergers, représentant les forces du cœur, compatissent et repartent illuminés, apaisés, enrichis intérieurement.

Quand le bon vieux Crispin souhaite participer aussi à l' événement, il demande : " Est- ce loin? ".

La réponse du plus jeune berger fait toujours sourire:" Le temps pour toi d'y arriver"!

N'est-elle pas sage cette réponse, à notre époque où tout le monde se plaint de ne pas avoir le temps et de n'arriver à rien? Pour chaque individu, il faut le temps d'arriver au but, quel qu'il soit. L'important est de se mettre en chemin!

Lorsque la compagnie aura décrit un dernier grand cercle autour de l'assistance,avec son chant final, et qu'elle aura quitté la salle, les paroles résonneront encore longtemps dans les cœurs.

 

Suivez nous sur Facebook 

facebook

 
 

Suivez nous sur Instagram 

instagram

 

Contacter le secrétariat

Contacter le coordinateur

Contacter le webmaster

 

Mentions légales